deux trois trucs
authorPaul Kocialkowski <contact@paulk.fr>
Mon, 11 May 2015 18:45:39 +0000 (20:45 +0200)
committerPaul Kocialkowski <contact@paulk.fr>
Mon, 11 May 2015 18:45:39 +0000 (20:45 +0200)
annexes/thread.c
annexes/thread.diff
aspects-informatique.tex
bibliographie.bib

index 0f697cd..427bfc7 100644 (file)
@@ -83,7 +83,7 @@ int main(int argc, char *argv[])
                for (i = 0; i < data->n ; i++)
                        average += data->value[data->n];
 
-               /* Normalement, on a vérifié data->n !=0. */
+               /* Normalement, on a vérifié data->n != 0. */
                average /= data->n;
 
                printf("Moyenne : %d\n", average);
index 81709a1..5b6a46f 100644 (file)
@@ -52,7 +52,7 @@ index 0f697cd..f5be80b 100644
                average = 0;
  
 @@ -86,9 +97,13 @@ int main(int argc, char *argv[])
-               /* Normalement, on a vérifié data->n !=0. */
+               /* Normalement, on a vérifié data->n != 0. */
                average /= data->n;
  
 +              pthread_mutex_unlock(&data->mutex);
index 67ba128..3c91ad1 100644 (file)
@@ -200,7 +200,7 @@ Si l'augmentation des fréquences en vue d'augmenter les performances d'exécuti
 
 Premièrement, la miniaturisation des transistors amène à la diminution des dimensions des fils d'interconnexion. Or le \emph{temps d'interconnexion}, c'est-à-dire le temps nécessaire pour que l'information transite d'un transistor à un autre, reste globalement constant. Malgré la finesse atteinte dans la gravure des processeurs, il n'est plus possible que l'information se propage dans les circuits en un temps imposé par de très hautes fréquences. En effet, ce temps est directement fonction de la vitesse physique de propagation du signal électrique et de la distance à parcourir ($v = \frac{d}{t}$), l'une étant constante et l'autre ayant atteint ses limites.\\
 
-Le second problème est d'ordre énergétique, en effet un transistor consomme de l'énergie (et en dissipe) à chaque commutation : ainsi on peut facilement voir que la consommation électrique et la dissipation d'énergie sont proportionnelles aux produit du nombre de transistor dans le circuit par la fréquence de l'horloge. Avec de très hautes fréquences, les processeurs sont gourmands en énergie et en dissipent beaucoup sous forme de chaleur : ils s'échauffent et il est de plus en plus complexe de les refroidir (nécessaire pour éviter la fusion des matériaux). Les systèmes de refroidissement à air utilisés dans les ordinateurs personnels ne suffisent plus, même si l'efficacité énergétique des processeurs n'a cessé d'augmenter : c'est la \emph{loi de Kommey}.\\
+Le second problème est d'ordre énergétique, en effet un transistor consomme de l'énergie (et en dissipe) à chaque commutation : ainsi on peut facilement voir que la consommation électrique et la dissipation d'énergie sont proportionnelles aux produit du nombre de transistor dans le circuit par la fréquence de l'horloge. Avec de très hautes fréquences, les processeurs sont gourmands en énergie et en dissipent beaucoup sous forme de chaleur : ils s'échauffent et il est de plus en plus complexe de les refroidir (nécessaire pour éviter la fusion des matériaux). Les systèmes de refroidissement à air utilisés dans les ordinateurs personnels ne suffisent plus (c'est d'ailleurs ce-qui provoqué l'arrêt\notecite{wikipedia-pentium4} de la famille des \emph{Pentium 4} d'\bsc{Intel}), même si l'efficacité énergétique des processeurs n'a cessé d'augmenter : c'est la \emph{loi de Kommey}.\\
 
 Il n'est donc plus possible d'augmenter les fréquences et donc de diminuer le facteur $\tau$ dans l'équation \eqref{eq:tempsexec}. On tentera alors de réduire le nombre $c$ de cycles par instruction. Pour cela, une solution consistera à augmenter le nombre d'instructions qui s'exécutent simultanément : on parle alors de parallélisme. Cette solution n'est effectivement applicable qu'à condition que le processeur soit capable de gérer plusieurs instructions simultanément. Cela implique alors une certaine conception du processeur, avec une duplication des circuits logiques effectuant le traitement de ces instructions : on parle de cœur du processeur. Ainsi, un processeur capable de parallélisme est qualifié de multi-cœur.\\
 
index 3cbc840..35d8086 100644 (file)
@@ -142,6 +142,12 @@ school={LaBRI},
 year={2006},
 }
 
+@misc{wikipedia-pentium4,
+author={Wikipédia},
+title={Pentium 4},
+note={https://fr.wikipedia.org/wiki/Pentium\_4}
+}
+
 @misc{pthread,
 author={Xavier Leroy},
 title={pthread man page},